Taputapuātea

Taputapuātea
Paysages culturels - biens étendus

Brève description du bien

Taputapuātea est un paysage culturel, terrestre et marin, sur l’île de Raiatea. Raiatea est au centre du « Triangle polynésien », une vaste portion de l’océan Pacifique parsemée d’îles, la dernière partie du globe à avoir été peuplée par les sociétés humaines. Au cœur du bien se trouve l’ensemble du marae Taputapuātea, un centre politique, cérémoniel, funéraire et religieux. Cet ensemble est positionné entre terre et mer, à l’extrémité d’une péninsule qui s’avance dans le lagon entourant l’île. Les marae sont des espaces sacrés, cérémoniels et sociaux, que l’on rencontre partout en Polynésie. Dans les îles de la Société, les marae ont pris la forme de cours pavées quadrilatérales, avec une plateforme rectangulaire à une extrémité, appelée un ahu. Ils exercent simultanément de nombreuses fonctions.

Au centre de l’ensemble du marae Taputapuātea se trouve le marae Taputapuātea lui-même, qui est dédié au dieu ‘Oro et est l’endroit où le monde des vivants (Te Ao) croise le monde des ancêtres et des dieux (Te Pō). Il exprime également le pouvoir et les relations politiques. L’importance croissante de Taputapuātea parmi les marae de Raiatea et dans la région plus large est liée à la dynastie des ari’i (chefs) Tamatoa et à l’expansion de leur pouvoir. Taputapuātea était le centre d’une alliance politique qui réunissait deux régions étendues, englobant la majeure partie de la Polynésie. L’alliance fut maintenue grâce aux rassemblements réguliers de chefs, de guerriers et de prêtres qui venaient d’autres îles pour se réunir à Taputapuātea. La construction de pirogues à balancier et la navigation sur l’océan furent des compétences essentielles pour entretenir ce réseau.

Un paysage traditionnel borde les deux côtés de l’ensemble du marae Taputapuātea, celui-ci étant tourné vers Te Ava Mo’a, une passe sacrée dans le récif qui borne le lagon. Le motu Atāra est un îlot du récif, qui offre un habitat aux oiseaux marins. Les embarcations arrivant de haute mer attendaient ici avant d’être conduites dans la passe sacrée, puis officiellement accueillies à Taputapuātea. Côté terre, ’Ōpoa et Hotopu’u sont des vallées boisées cernées par des crêtes et la montagne sacrée Tea’etapu. Les parties hautes des vallées comptent des marae plus anciens, comme le marae Vaeāra’i et le marae Taumariari, des terrasses agricoles, des vestiges archéologiques d’habitations et des caractéristiques portant des noms associés à des dieux et des ancêtres. La végétation des vallées est constituée d’un mélange d’espèces, certaines étant endémiques de Raiatea, d’autres étant présentes dans d’autres îles polynésiennes, et d’autres encore étant des espèces alimentaires apportées par d’anciens Polynésiens pour y être cultivées. Les attributs du bien forment dans leur ensemble un paysage culturel relique, terrestre et marin, associatif et exceptionnel.

Critères

Critère (iii) : Taputapuātea illustre de manière exceptionnelle 1 000 ans de civilisation mā’ohi. Cette histoire est représentée par l’ensemble du marae Taputapuātea en bordure de mer et la diversité des sites archéologiques dans les hautes vallées. Cet ensemble reflète l’organisation sociale avec des paysans vivant dans les hautes terres et des guerriers, des prêtres et des rois établis près de la mer. Il témoigne également de la compétence de ce peuple en matière de navigation sur des pirogues à balancier, franchissant de longues distances sur l’océan, grâce à l’observation de phénomènes naturels, et transformant les îles nouvellement occupées en des lieux qui couvraient les besoins de leur population.

Critère (iv) : Taputapuātea offre des exemples éminents de marae : des temples avec des fonctions cultuelles et sociales, construits par le peuple mā’ohi du XIVe au XVIIIe siècle. Les marae étaient les points d’intersection entre le monde des vivants et celui des ancêtres. Leur forme monumentale reflète la concurrence entre les chefs ari’i pour obtenir prestige et pouvoir. Le marae Taputapuātea est lui-même une expression concrète de l’alliance capitale formée par sa hiérarchie de chefs et le culte qui lui était associé, des pierres de ce marae étant transportées sur d’autres îles pour y fonder d’autres marae du même nom.

Critère (vi) : En tant que foyer ancestral de la culture polynésienne, Taputapuātea revêt une importance exceptionnelle pour les peuples de la Polynésie tout entière, par la manière dont il symbolise leurs origines, les relie à leurs ancêtres et en tant qu’expression de leur spiritualité. Ces idées et connaissances vivantes sont inscrites dans les paysages terrestres et marins de Raiatea et, en particulier, dans les marae pour les rôles centraux qu’ils jouèrent autrefois.

  • Année d'inscription : 2017
  • Critères d'inscription : (iii) (iv) (vi)
  • Superficie du bien inscrit : 2 124 ha / Zone tampon : 3 363 ha
  • Localisation : île de Ra’iātea, Polynésie française
  • Coordonnées DMS : S16 50 29.04 W151 22 20.56
  • Registration year : 2017
  • Registration criterion : (iii) (iv) (vi)
  • Area of ​​the inscribed : 2 124 ha / Zone tampon : 3 363 ha
  • Location : île de Ra’iātea, Polynésie française
  • Coordinates DMS : S16 50 29.04 W151 22 20.56